Mardi 17 Octobre 2017

Ce magazine en ligne est consacré à la Veille Technologique et à l'Innovation, principalement dans les domaines des technologies nouvelles et de l'informatique.

En partenariat avec l'ASPROM, il permet d'aborder l'activité quotidienne en matière d'audiovisuel, de télécommunication, d'informatique et d'électronique.

Il présente des articles à la pointe de la technique, rédigés par des spécialistes de premier plan.

Sponsoring
« Pour en finir avec la fabrique des chômeurs »
Publié le 21 Novembre 2011

La campagne électorale démarre sur des thématiques pour la plupart très éloignées de ce qui constitue pourtant l’enjeu majeur pour la France : l’emploi… Il nous appartient de faire surgir une intelligence collective de la situation et de mobiliser les volontés et les ressources qui sont les nôtres… L’avenir est là, à condition qu’il y ait consensus, pour que priorité soit donnée à l’humain sur les diktats de la finance, explique Marie-Thérèse Bertini, dirigeante de SSII, soucieuse de renverser les perspectives d’une société « malade du travail ».

Pour la première fois, dans son ouvrage paru aux Editions David Reinharc, la patronne d’une PME dénonce une implacable machine à fabriquer des chômeurs : l’Etat français. Elle lance un cri d’alarme et de colère dans l’espoir de lever les carcans qui interdisent toute réforme et tout changement de situation. Elle propose, non seulement des solutions concrètes, mais aussi une véritable éthique de l’emploi : un nouvel humanisme.

Dans une entreprise où les ressources humaines sont l’un des facteurs clés de développement, Marie-Thérèse Bertini décrit, dans un style rythmé et étayé de ses propres expériences, ses difficultés à recruter des collaborateurs, et apporte des clés innovantes aux PME pour redonner à l’emploi ses lettres de noblesse.

Ni économiste, ni analyste, Marie-Thérèse Bertini a décidé de prendre la plume pour aborder la question de l’emploi et du recrutement, devenue fondamentale pour le dynamisme et la cohésion de la société.

Docteur d’Etat en philosophie et PDG fondatrice de la société d’ingénierie logicielle MTB, Marie-Thérèse Bertini renverse ici les perspectives : son propos n’est pas le chômage, mail bel et bien l’emploi. « Il est temps d’arrêter de parler du chômage de manière statique et de nous décider à envisager le problème de façon active, constructive et dynamique. »

Son objectif : ne plus considérer le sous-emploi, le non-emploi comme un état de fait et les traiter comme tel, mais effectuer un diagnostic et proposer une thérapie concernant cette « maladie sociale ».

L’urgence ? Réhabiliter la loi des réalités humaines des PME contre la loi de la finance pure des multinationales. Parier sur les hommes, y compris les chômeurs de longue durée, les seniors, les personnes en difficultés. Revenir au goût du beau métier.


Morceaux choisis…

Une première partie qui fait le constat d’un pays malade de l’emploi

« Les chômeurs sont à la fois victimes et coupables. »

« Le travail, ou comment ne pas en trouver. »

« Pôle emploi = plaie emploi… il arrive que Pôle Emploi nous envoie, pour un emploi de chauffeur, quelqu’un qui n’est pas titulaire du permis de conduire ! »

« Carton rouge pour l’APEC … Là aussi les employeurs sont soumis à des cotisations obligatoires en contrepartie desquelles ils n’obtiennent à peu près rien. »

« Des médecins malades du travail.»

« Les effets pervers des prud’hommes… Passer de l’état de salarié mécontent à celui du chômeur assisté… »

« Et l’URSSAF ? A quand une véritable écoute des PME ? »

« L’entreprise telle que je la conçois, créatrice de croissance, est celle qui avance en faisant progresser ses travailleurs… »

« Considérer qu’un individu a atteint sa limite de compétence à 50 ans est une aberration. »

« En France, notre vision de l’emploi est technocratique, élitiste et orgueilleuse. »

Une seconde partie qui propose des solutions concrètes pour une nouvelle éthique de l’emploi

« Le premier impératif du retour à l’emploi, c’est le courage politique. »

« La liberté, moteur de l’action … Sur le plan individuel, seul l’exercice plein et entier d’une liberté réelle permettra d’ajuster les besoins à la demande et de parvenir à un équilibre sociétal viable. »

« Il est indispensable de s’attaquer à la forteresse Education nationale… Il faut réintroduire la notion de mérite dans la formation, et celle de récompense, qui est son corollaire ... Il devient urgent de revaloriser l’apprentissage. »

« Réformer les structures d’aide au retour à l’emploi … et reconstruire Pôle emploi sur le modèle de l’entreprise privée.»

« Internet dépersonnalise et lamine le processus de mise en relation entre recruteurs et demandeurs d’emploi. »

« Supprimer les formations inutiles et coûteuses qui servent seulement à faire vivre les organismes prestataires et à détourner les chômeurs de l’emploi.»

« Agir contre les dérives institutionnelles, l’institution médicale d’une part, et celle des prud’hommes de l’autre… »

« Revalorisons la formation par les anciens… et l’embauche dans les PME. »

Et pour conclure… Un Président pour l’emploi ?


Marie-Thérèse Bertini est grammairienne, ethnologue, linguiste et Docteur d’Etat en philosophie (Thèse d’Etat 1984). Elle est l’auteur de trois ouvrages : « La normalisation du logiciel » 1984 (Mac GRAW HILL), « Messieurs les patrons, voici pourquoi l’informatique vous coûte très cher » 2005, en collaboration avec Michel Baudu (Editions Bénévent) et « La fabrique des chômeurs » 2011 (Editions Reinharc).Fondatrice de la société d’ingénierie logicielle MTB, elle est à l'origine de l'idée d'appliquer à l'informatique de gestion, les avancées des grammaires génératives. Parallèlement à une activité dans l’enseignement supérieur, elle est entrée dans le monde de l’informatique, d’abord chez un constructeur, puis à l’INRIA (Institut de Recherche en Informatique et en Automatique), et enfin, dans une SSII dirigée par Alain-Robert Schlumberger qui lui a appris le métier.

Spécialiste de l’ingénierie de projets, MTB intervient auprès des Directions Générales de grands comptes pour les aider à tenir leurs objectifs stratégiques, que ce soit dans le domaine organisationnel et managérial ou dans celui des systèmes d’information. Sa vocation est d’assurer la performance, la fiabilité et l'évolutivité des organisations et des systèmes d'information de ses clients, en les accompagnant dans leurs choix stratégiques et dans la réalisation de leurs projets.