Mercredi 26 Juillet 2017

Ce magazine en ligne est consacré à la Veille Technologique et à l'Innovation, principalement dans les domaines des technologies nouvelles et de l'informatique.

En partenariat avec l'ASPROM, il permet d'aborder l'activité quotidienne en matière d'audiovisuel, de télécommunication, d'informatique et d'électronique.

Il présente des articles à la pointe de la technique, rédigés par des spécialistes de premier plan.

Sponsoring
Vaut-il mieux acheter ou créer sa propre plate-forme IoT ?
Par Tom Gibbings, Senior Product Manager, Wind River
Publié le 17 Juillet 2017

Créer une activité axée sur l’Internet des Objets (IoT) comporte de nombreux défis : nouveaux modèles économiques et de support, problématiques techniques, sécurité, etc. Pour simplifier à l’extrême le principe de base de l’IoT, on pourrait dire qu’il s’agit de connecter l’ensemble des « objets » qui nous entourent afin d’améliorer notre qualité de vie. Lorsqu’un fabricant prend la décision de connecter un de ses produits existants, l’une des premières difficultés provient de la nécessité d’intégrer la connectivité et l’ensemble des fonctionnalités liées à l’IoT dans le coût de l’appareil. En termes professionnels, on obtient un produit qui constituait jusqu’ici une charge d’immobilisation et qui est désormais doté de fonctionnalités représentant des charges d’exploitation. Comment justifier les frais d’abonnement des éléments au cœur de cette nouvelle offre ?

Pour répondre à cette question, il faut remonter au tout début, au moment où le fabricant prend la décision stratégique de connecter son produit afin de donner naissance à un appareil de nouvelle génération. Cet effort implique une réévaluation complète, du modèle économique aux technologies sous-jacentes. Auparavant, les coûts de fabrication étaient bien plus simples : matériaux, fabrication, distribution. Mais à l’heure de l’IoT, de nouvelles considérations s’imposent : le réseau, les serveurs, le cloud, etc. L’équation est difficile à résoudre, car ces nouveaux coûts sont par nature des abonnements (donc des dépenses d’exploitation), et non des frais initiaux et uniques (investissements).

Le premier grand dilemme oppose la création à l’achat : faut-il créer l’intégralité de la solution en interne, ou acquérir une plate-forme IoT et déployer son produit de nouvelle génération par-dessus ? Comment justifier les frais d’abonnement à une plate-forme IoT ? Le raisonnement courant est le suivant : « vu que nous disposons de la plupart des compétences nécessaires en interne, pourquoi ne pas opter pour cette approche et exercer ainsi davantage de contrôle ? » Et c’est ainsi que les fabricants se mettent dans de beaux draps. Créer une solution IoT toute entière en interne nécessite des compétences variées, ainsi qu’un budget conséquent. Voici les principaux ingrédients d’un produit IoT classique :

- une équipe de développement pour créer et maintenir le produit
- un agent de connectivité
- un logiciel côté cloud
- un serveur et une infrastructure d’hébergement (pour héberger le logiciel côté cloud)
- du personnel pour superviser et gérer l’infrastructure du serveur
- des compétences en matière de DevOps
- une assistance 24/24, 7 jours sur 7 et toute l’année.

En soi, le véritable problème n’est pas l’armée d’agents indispensables pour créer et soutenir un produit IoT de nouvelle génération, mais le TEMPS nécessaire pour créer les équipes, et développer leurs compétences ainsi que le produit. Ce facteur temps va non seulement épuiser les budgets des entreprises sur le plan des ressources humaines, mais aussi réduire l’opportunité qui leur est offerte.

En revanche, une plate-forme IoT fournira toute l’infrastructure nécessaire pour se focaliser immédiatement sur la création d’un produit de nouvelle génération. Ce dernier permettra au fabricant de monétiser sa différenciation, l’infrastructure n’étant qu’un prérequis. Le coût de création d’une solution en interne excédera immanquablement les frais d’abonnement à une plate-forme dès l’embauche du premier développeur. Mieux vaut investir cet argent dans des éléments de différenciation spécifiques à chaque marché vertical, et laisser les fournisseurs de plates-formes se débrouiller avec les problèmes d’infrastructure.